Categories
Non classé

Les 35 ans de Ghosts’n’Goblins

Ghosts’n Goblins dans sa version arcade, sortie en 1985

Il y a 35 ans débarquait l’adaptation NES, Commodore 64 et autres formats de ce classique des salles d’arcade sorti un an plus tôt. Pour les 35 ans de ce jeu marquant, son créateur Tokiro Fujiwara sort un nouvel épisode baptisé « Ghosts’n’Goblins Resurrection » et nous en profitons pour revenir sur cette saga à l’ambiance démoniaque…

La version NES de Ghost’n’Goblins (1986)

L’aventure commence en 1983, le créateur de jeu vidéo japonais Tokiro Fujiwara quitte le studio Konami pour rejoindre l’équipe de Capcom. Débute alors la production de futurs grands classiques : Ghosts’n’Goblins ou encore Commando.

Le jeu de plateforme en mode « film d’horreur »

Si le style jeu de plateforme propose alors la quête de personnage plutôt sympathique évoluant dans des paysages « cartonnesques » et colorés, l’arrivée de Ghosts’n’Goblins change quelque peu la donne.

On retrouve ici les aventures d’Arthur, preu chevalier, ayant pour mission de retrouver sa fiancé kidnappée par une vilaine gargouille diabolique. Passé ce scénario quelque peu cliché et sexiste, Ghosts’n’Goblins apporte alors, pour une des premières fois de l’histoire, l’esthétique du « film d’horreur » dans le jeu vidéo.

Dans ce milieu des années 80, le film d’épouvante a le vent en poupe (c’est l’époque de la série des Freddy, du « Jour des morts-vivants »…) mais aussi d’un vidéo clip qui marque une génération par son aspect sombre et « zombiesque »: Thriller de Michael Jackson.

Le clip de « Thriller » de Michael Jackson, d’une durée de 13 minutes revisite avec brio la thématique des films d’épouvante

Malgré l’ambiance lugubre de l’introduction et de son univers débutant dans un cimetière occupé par des morts-vivants, le jeu ne manque cependant pas de touches d’humour. Ainsi, quand Arthur perd sa précieuse armure après avoir été « touché » par un ennemi, il se retrouve en boxer « à fraise » pour poursuivre sa quête. Et on a froid pour lui…

Des adaptations mémorables

Grand succès en arcade, le jeu est bien entendu adapté sur de très nombreux formats dans la foulée, les versions les plus célèbres étant notamment celle de la NES de Nintendo, grand succès en cartouche ou encore en version cassette sur Commodore 64, version qui bénéficie également d’une toute autre bande originale, devenue culte et signée par le britannique Mark Cooksey du studio Elite qui s’inspire alors de l’oeuvre de … Chopin!

La version cassette de Ghost’n’Goblins pour Commodore 64 et 128, un collector
La BO magistrale de Ghost’n’Goblins version Commodore 64 inspirée par … Chopin!

Ghouls’n’Ghosts, la suite (1988)

En 1988, Tokiro Fujiwara remet le couvert et sort la suite, « Ghouls’n’Ghosts ». C’est le retour d’Arthur qui, en plus de se retrouver parfois en boxer dans un cimetière peut. dorénavant, aussi être transformé en canard ou en vieillard en recevant le mauvais sort d’étranges personnages maléfiques. A nouveau, comme pour « Ghosts’n’Goblins », la difficulté est au rendez-vous et de nombreuses pièces de monnaie viendront remplir les bornes d’arcade du monde entier.

Rayon nouveauté, on retrouve de nouvelles armes mais aussi la possibilité de revêtir des armures plus résistantes, d’argent et d’or, de façon à rendre notre héros un peu moins vulnérable face aux énormes obstacles qui se dressent sur son chemin.

A nouveau les adaptations pour micro-ordinateurs et consoles sont légions et connaissent le succès.

Super Ghouls’n’Ghosts (1991)

Un troisième épisode, « Super Ghouls’n’Ghosts » voit le jour en 1991 exclusivement pour la Super Nintendo. Version « updatée » de Ghouls’n’Ghosts, il s’agit d’un plus grand succès de la 16 bits de Nintendo. En 1997, il se classe à 22e place des meilleurs jeux video de tous les temps selon le magazine américain Electric Gaming Monthly.

Le retour en 2021 sur Switch

Le 25 février 2021, 35 ans après la sortie du premier épisode, Tokiro Fujiwara et l’équipe de Capcom dévoilent « Ghost’n’Goblins Resurrection » sur Nintendo Switch, un remake qui s’inspire aussi bien de « Ghost’n’Goblins » de que « Ghouls’n’Ghosts » ce qui oblige le créateur à replonger dans son passé…

Interviewé par Polygon, il précise alors:

« J’ai été très heureux d’avoir l’opportunité de revenir sur la série Ghosts’n’Goblins. Comme il s’agit d’un ‘reboot’ aussi bien de Ghosts’n’Goblins que de Ghouls’n’Ghosts, cela m’a demandé de revenir loin dans le passé, mais les souvenirs de cette époque me sont revenus assez vite »

Tokiro Fujiwara

L’accueil de ce reboot est excellent et donnera peut-être envie de développer ce futur succès sur d’autres plateformes. On l’espère en tout cas…

3 replies on “Les 35 ans de Ghosts’n’Goblins”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.